Patagonia se trouve au beau milieu de sa campagne environnementale sur deux ans, « L’eau de tous » (Our Common Waters), qui vise à sensibiliser et mobiliser nos amis et nos clients. Si elle concerne plus particulièrement la crise de l’eau douce à laquelle la terre se trouvera confrontée au cours des prochaines décennies, elle revêt également une signification toute particulière pour Patagonia en tant qu’entreprise. Il nous faut ainsi élargir nos connaissances et améliorer nos propres pratiques, car la survie de notre entreprise dépend des ressources en eau douce ; nous devons également communiquer à nos clients (et aux autres entreprises) toutes nos découvertes et acquis dans ce domaine.

Chez Patagonia, nous commençons à peine à connaître la quantité d’eau que nous consommons – ou qui est utilisée en notre nom. Nous savons déjà que chaque personne consomme chaque année l’équivalent d’une piscine olympique (2,5 millions de litres) juste pour étancher sa soif, pour mettre des glaçons dans sa limonade, pour alimenter ses toilettes à faible débit, pour arroser ses plantes, pour faire la vaisselle et faire pousser le coton de nos t-shirts. Quelle quantité d’eau demande la fabrication d’un t-shirt en coton bio – depuis sa culture jusqu'à son filage, son tissage, sa couture et son expédition à nos entrepôts de Reno dans le Nevada ? La réponse est : 703 litres

cotton's supply chain

Les entreprises, y compris celles de l’industrie agroalimentaire, sont directement responsables de la plus grosse partie de cette consommation. Au niveau individuel, nous devons être conscients du fait qu’une grande partie de l’eau utilisée pour satisfaire à nos besoins personnels ne provient pas de notre robinet mais qu’elle correspond plutôt à notre part du total de la production et de la consommation industrielles.

Pour cette année, comme pour les suivantes, nous savons clairement en quoi consiste notre tâche : nous devons non seulement connaître exactement la quantité d’eau utilisée pour fabriquer chacun de nos produits, mais également agir pour la réduire.

À propos de l'auteur

Empreinte hydrique de Patagonia