AVEC L'AIMABLE AUTORISATION DU PORT D'OAKLAND

Bénéfices d'un changement de port

Étudier d'une manière différente les choses que nous avons l'habitude de faire permet souvent de les améliorer. En prenant l'initiative de repenser notre réseau de transport en 2011 et en changeant notre destination portuaire, nous avons pu économiser 324 000 dollars, réduire de 31% nos émissions de dioxyde de carbone et réaliser également d'autres gains de productivité - tout cela sur une seule période de 10 mois.

Petit historique.

Plus de 60% de nos vêtements et de notre matériel sont fabriqués en Asie. Quand une usine a terminé une commande, notre transitaire planifie un enlèvement et le conteneur est transporté vers le port le plus proche. D'Haiphong, de Shanghai, de Manille et de tout un tas d'autres grandes villes côtières d'Asie, les conteneurs remplis de produits Patagonia voyagent par bateau jusqu'en Californie.

Lorsque nous étions une entreprise de taille plus modeste, notre centre de distribution se trouvait à Ventura en Californie, le lieu de notre siège social. Nos produits arrivaient d'Asie par le port de Long Beach à Los Angeles. De là, ils étaient déchargés, embarqués sur un camion et transportés sur une distance d'à peu près 160 kilomètres pour rejoindre notre entrepôt de Colt Street.

Au bout de quelques années, l'entrepôt s'est révélé bien trop petit et nous avons fait construire en 1996 un nouveau centre de distribution à Reno dans le Nevada. Bien que Reno se trouve à plus de 842 kilomètres de Los Angeles, nous avons continué à recevoir nos importations à Long Beach, le port le plus actif des États-Unis, comme par le passé. Nous avions nos raisons, entre autres choses, une longue histoire avec les hommes et les services portuaires de Los Angeles, des coûts raisonnables, un grand nombre de liaisons maritimes régulières assurant une livraison rapide ainsi que le choix de trois itinéraires routiers pour se rendre à Reno au cas où de mauvaises conditions météo perturberaient le trafic sur l'une des autoroutes.

Le transport en camion sur de longues distances, contrairement au bateau, présente de nombreux inconvénients. Les kilomètres sur route coûtent plus cher et les émissions de CO2 sont quatre à sept fois plus importantes. Les chauffeurs routiers sont obligés de prendre au moins dix heures de repos après onze heures de conduite, ce qui peut occasionner des retards de livraison. Les camions sont plus souvent sujets aux pannes. Pour obtenir un chargement de camion complet, nous devions regrouper les expéditions, ce qui allongeait encore les délais de livraison et entraînait certaines complications pour l'entrepôt. Et par deux fois, il nous est arrivé d'avoir des chargements volés sur des parkings où les chauffeurs s'arrêtaient la nuit pour dormir.

C'est pourquoi en 2011, nous avons demandé à Expeditors®, notre transitaire basé à Seattle, d'évaluer la situation. Leur pôle-conseil nous a fait savoir que si nous changions le port de destination de Long Beach à Los Angeles pour celui d'Oakland (près de San Francisco), nous pourrions réaliser d'importantes économies. En octobre 2011, nous avons sauté le pas.

Expeditors® a récemment analysé les résultats de cette permutation sur la période des dix derniers mois (nous n'avions pas, à ce moment-là, de données sur une année complète). Il a été constaté que nous avions économisé 324 000 dollars dans les transbordements et le transport et réduit notre empreinte carbone de 31% ou de 135 000 kilos. En outre, nous n'avons plus à regrouper nos chargements et les chauffeurs peuvent effectuer le voyage de 369 kilomètres en moins de dix heures.

Il n'existe qu'un seul véritable itinéraire de transport routier pour se rendre d'Oakland à Reno (Interstate 80), qui passe par le col de Donner Pass et qui peut être fermé de conditions hivernales rigoureuses. En dehors de cela, le changement s'est révélé satisfaisant.

« De nombreuses activités d'exploitation ne sont pas remises en question par les entreprises parce qu'elles ne pensent pas à changer leurs habitudes », déclare Tony Ferguson qui supervise les activités d'importation de Patagonia aux États-Unis. « Changer notre port d'importation de Los Angeles à Oakland était une solution simple qui a rapporté de nombreux bénéfices. »