Lorsque nous avons commencé à fabriquer des combinaisons de surf, nous nous sommes rapidement rendus compte que le néoprène était un matériau à améliorer afin de réduire son impact environnemental. En recherchant d'autres solutions, nous avons découvert que nous pouvions utiliser du néoprène (polychloroprène) à base de calcaire à la place du pétrole. Même si limiter notre recours au pétrole était à priori une bonne idée, le calcaire demeure une ressource non renouvelable limitée, qui est extrait de la terre à l'aide d'engins d'excavation lourds, puis chauffé à des températures extrêmement élevées afin d'éliminer les composants chimiques. Utiliser du calcaire à la place du pétrole ne présentait donc aucun bénéfice environnemental net réel. Comme les polychloroprènes à base de pétrole et à base de calcaire ont des impacts environnementaux tout aussi importants, nous avons décidé de poursuivre nos recherches.

Lors de notre première rencontre avec l'équipe Yulex il y a quelques années, leur matériau s'apparentait à une sorte de latex naturel, très différent du néoprène. Mais l'équipe Yulex était déterminée à tirer profit des propriétés uniques du guayule, un arbuste vigoureux originaire des déserts du sud-ouest des États-Unis. Nous avons alors lancé un projet de recherche et développement collaboratif à long terme en vue de créer un néoprène à base de caoutchouc extrait du guayule.

Bien que le guayule ne soit pas cultivé de façon biologique, il requiert une faible quantité d'intrants synthétiques et d'eau par rapport au coton par exemple. Lors de sa croissance, la plante absorbe et stocke le dioxyde de carbone présent dans l'atmosphère. Le guayule est récolté de façon à préserver les racines dans le sol pendant quatre ans en moyenne, ce qui permet de réduire l'érosion et la perte de carbone associées au labourage et au repiquage constant des terres cultivables.

Après de nombreux tests et recherches, nous avons décidé qu'un mélange des deux matières constituerait le meilleur moyen de lancer notre nouvelle gamme de produits. Même si nous n'éliminons pas complètement le polychloroprène, nous réduisons considérablement l'empreinte écologique de nos combinaisons.

Par rapport au néoprène traditionnel à base de pétrole (ou de calcaire), le caoutchouc extrait du guayule est une ressource renouvelable qui confère davantage d'élasticité et de douceur au produit fini, et qui peut être remplacé en moins de temps qu'il n'en faut au produit pour s'user. Sa culture a peu d'impact et les méthodes d'extraction et de transformation requièrent peu d'énergie et de produits chimiques.

Des techniques d'extraction et de transformation mécaniques à l'aide d'eau, de tensioactifs simples et d'hydroxyde de potassium sont employées. Le produit dérivé principal sert de fertilisant et les eaux usées peuvent être utilisées comme fertilisant ou épurées puis réutilisées dans le procédé. Le site de production de Yulex requiert très peu d'énergie par rapport au raffinage et à la transformation du néoprène et de ses précurseurs synthétiques.

Globalement, de la culture à la fabrication de la matière première, le caoutchouc Yulex® à base de guayule a un impact environnemental plus faible que le polychloroprène qu'il remplace. Nous nous efforçons constamment d'innover et de réduire l'empreinte écologique de nos combinaisons, tant au niveau des matières premières, de l'éponge et de la lamination que de l'assemblage final.